Voici les avantages et inconvénients à devenir consultant

J‘utilise souvent en formation un canevas de synthèse exposant les 10 raisons pour devenir consultant vs. les 10 raisons pour ne pas le devenir. Dans cet article, je propose de partager les 5 premiers arguments dans un sens et dans l’autre. Pour que les éléments suivants puissent vous servir concrètement, utilisez-les comme un bon moyen de mieux vous projeter dans ce métier. Essayer de comprendre quels arguments apparaissent les plus importants pour vous. Au final, vous sentirez intuitivement très vite de quel côté votre choix de carrière penche.

avantages et inconvénients de devenir consultant

Il n’y a vraiment pas de mauvaises décisions, à partir du moment où vous choisissez en connaissance de cause. De plus, cette réflexion que trop peu de candidats prennent le temps de faire vous servira également lorsqu’il sera temps de vous préparer pour la partie fit de l’entretien. Vous serez en effet amené à exposer le pourquoi de vos choix de carrière. Et dans ce cadre, il vaut mieux avoir passé le temps nécessaire à vous construire une opinion sur vos prochaines étapes. Trop de candidats visent à convaincre leur recruteur sans avoir cherché en amont à être bien convaincus eux-même de leur choix de carrière. Et en entretien, cela ne pardonne pas vu le niveau de compétition.

5 bonnes raisons de devenir consultant

  1. Des salaires plus élevés de 20% à 50% que dans l’industrie et les services. C’est un point sûr, contrairement aux conditions de travail dans un emploi donné qui dépendent d’un tas de paramètres qu’un candidats ne maîtrise pas en amont. Au moins dans le conseil votre salaire sera sans aucun doute un motif de satisfaction.
  2. Une évolution de carrière plus rapide que dans les autres postes de manager. C’est l’un des avantages du conseil, on peut s’en servir comme d’un véritable booster de carrière.
  3. Des programmes de développement personnels vraiment intéressants. Cela n’est pas que du marketing, les cabinets ayant intérêt à investir dans le développement de leurs ressources. Cela va jusqu’au paiement intégral des meilleurs MBA de la planète.
  4. L’opportunité d’être rapidement exposé à des clients séniors. Par construction, on n’aura pas le temps de vous faire passer par la case client junior, vous serez donc très rapidement mis dans le bain, ce qui est très formateur.
  5. L’acquisition d’approches de travail efficaces et valorisables en dehors du conseil. Avec du recul c’est ce que je considère comme le principal avantage du conseil. Vous ne travaillerez plus comme avant après une expérience de consultant.

5 bonnes raisons de ne pas devenir consultant

  1. Des salaires horaires pas si intéressants qu’ils en ont l’air. C’est mon premier chef de projet qui m’a fait remarquer que certains consultants juniors travaillent tant que leur salaire horaire est parfois ridicule. Mais cela ne dure qu’un temps.
  2. Des carrières stressantes, avec notamment le système de sélection up or out dans les plus grands cabinets. Ceci dit, rien ne vous oblige à choisir des cabinets qui pratiquent le up or out.
  3. Un temps disponible réduit au minimum pour la vie sociale et familiale. Le bon côté des choses, c’est qu’après, tout vous paraîtra plus facile. Plus sérieusement, ce point peut-être largement traité par une bonne anticipation de la vie du consultant en choisissant vos cabinets cibles en adéquation avec vos choix de vie.
  4. Un faible pouvoir de décision: le consultant propose. Si vous en êtes à un moment de votre vie où professionnellement, vous souhaitez disposer d’un pouvoir de décision, par exemple sur un budget, même réduit, le conseil ne vous en donnera pas la possibilité en tant que junior.
  5. Une majorité de l’activité réalisée hors de la zone de confort. Un consultant aura la sensation de commencer à zéro à chaque nouvelle mission, ce qui peut paraître éreintant pour certains.