Devenir consultante, ce plan de carrière est-il fait pour les femmes?

Devenir consultant soulève de nombreuses questions chez les candidates au conseil. La vie d’un consultant est en effet hors norme, notamment sur le plan de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Dans ces conditions, le métier de consultant en stratégie et management est-il envisageable pour une femme?

Ma réponse est un peu Normande: oui et non. Tout d’abord, remarquons l’inanité des recherches en langue française sur ce sujet: voici l’article qui arrive en premier sur Google pour “devenir consultante”. Preuve que le sujet n’est absolument pas traité comme il se doit en France. Voici une vidéo très courte mais instructive sur le sujet, en provenance de nos amis d’Accenture:

Oui une femme peut-être consultante dans un grand cabinet de conseil

 

Il faut se souvenir que la durée médiane d’une expérience professionnelle dans l’un des Grands Cabinets de stratégie, McKinsey, BCG et Bain, est de l’ordre de deux ans et demi. La majorité des consultants ne reste donc pas 10 ans dans ces cabinets d’excellence. Cette expérience typique sur deux ans et demi peut paraître courte en comparaison à un poste de management plus classique, mais c’est vraiment la norme dans le conseil en stratégie. Sur une telle perspective de temps, le fait d’être une femme ne pose strictement aucun problème pour intégrer un cabinet et y travailler. En général, une consultante devra mettre un peu de sa vie sociale en pause relative pendant cette tranche de vie, exactement comme un consultant. Par exemple, une consultante ne rentrera pas au BCG en Septembre pour demander un congé de maternité dans l’année.

devenir consultante

On peut même dire qu’une candidate au conseil anticipera cette étape de sa vie professionnelle sans envisager la plupart du temps une maternité sur la période concernée, au moins les 2 premières années. En terme de ressources, la moitié des consultants juniors sont des consultantes. Et évidemment, il n’y a ni avantage ni discrimination dans les cabinets de conseil dans la phase recrutement que vous soyez homme ou femme.

Non une femme n’aura pas les mêmes facilités d’accès aux postes les plus séniors dans le conseil

 

Par contre, si nous raisonnons au delà des durées standards, soit donc 2 ans à 2 ans et demi, le fait d’être une femme devient un facteur bloquant la progression au sein des plus grands cabinets. Certains cabinets de conseil pourront toujours dire que des efforts sont faits pour accroître les accès au partenariat des femmes, il n’en reste pas moins que le profil type d’un partner de cabinet de stratégie en France reste aujourd’hui un homme, pas une femme. Certes, chacun des 3 grands cabinets dispose de partners femmes. Mais leur mode de sélection, souvent sur le tard, illustre bien la difficulté pour des femmes de suivre la totalité du parcours menant au partenariat au sein du cabinet. Bain a mis en place un programme de recrutement visant à booster la candidature des consultantes. Au BCG, il y a plusieurs partners femmes. Mais les faits sont têtus: si une candidate ambitionne de faire une carrière au delà de la durée typique, alors il faudra analyser la pertinence de son projet professionnel. J’ai vu des consultantes réussir de manière incroyable dans le conseil en stratégie et organiser leur vie sur le moyen long terme en combinant leur vie de famille et leur travail. Mais, je ne vais pas vous raconter d’histoires, ces cas sont rares. Je me souviens d’une manager qui avait même demandé un temps partiel et des aménagements pour travailler au maximum depuis chez elle. Le cabinet le lui a accordé mais c’est la seule personne que j’ai vu mettre concrètement en place ce type d’organisation.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*