Comment la rédaction de votre CV de consultant peut différentier votre candidature dans les cabinets de conseil

La rédaction du CV pour devenir consultant, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi cela m’a toujours très peu intéressé. Mettre sur papier mes compétences je me suis toujours dis que cela me demandait un temps fou pour pas grand chose, car comment se différentier dans un exercice si normé? De plus, c’est une étape obligatoire et ce caractère “forcé” m’a toujours déplu. Dans le cadre d’un recrutement dans un cabinet de conseil, le processus est cependant un peu différent. L’intervention des spécialistes des ressources humaines se limite justement à cette phase préliminaire de revue des CV des candidats, mais généralement les entretiens en tant que tels sont assurés par des consultants en poste, pas des spécialistes RH.

Cette spécificité des recrutements dans les cabinets de conseil déroute la plupart des candidats. Il y a certains qui font “comme si” le recrutement dans le conseil était conventionnel, or ce n’est pas le cas. D’autres essaient d’innover dans le CV, mais ce document se prête peu aux innovations… Alors comment faire pour que cette étape de rédaction soit la plus avantageuse pour votre candidature?

Comme dans toute compétition, vous devez prendre en compte les critères de différentiation de votre candidature en lui donnant une valeur ajoutée dans un maximum de dimensions. Le cv est l’une de ces dimensions.

Vous devez poursuivre deux objectifs complémentaires, le deuxième étant une pépite que seule une infime proportion des candidats exploite à fond…

  1. Passer la barrière de la sélection par les services de ressources humaines
  2. Servir d’illustration factuelle à votre discours de présentation

Comment passer haut la main la barrière des services des RH

Ceci constitue le premier objectif d’un CV. Evidemment, il y a peu de leviers à exploiter sur le fond, car les RH examineront à la loupe votre parcours. En fait, c’est le moment parfaitement injuste du processus de sélection. Si vous êtes tout juste diplômé d’une grande école en France et que vous visez les bureaux parisiens des cabinets de conseil, donc les plus sélectifs et même élitistes…il se peut que vous soyez confronté à un mur. C’est le mur du “on ne prend que des HEC”…triste mais cela existe encore. Néanmoins sachez que les règles sont les règles, vous ne pourrez rien y changer. L’astuce est de changer de perspectives et de faire en sorte d’exploiter à fond la situation, sans vous censurer. Car les cabinets ne recrutent pas qu’à Paris.

Je vais même partager avec vous un exemple significatif et choquant de cet état de fait. Une grande école de commerce prestigieuse mais pas dans le top 3 des classements français recommande ainsi à ses diplômés de postuler hors de France, dans des géographies bien choisies pour avoir le maximum de chance d’être recruté dans une poignées de cabinets de conseil en stratégie…

Dans tous les cas, présentez toujours vos diplômes de manière non ambigüe, et évidemment sans mentir. N’écrivez pas par exemple Diplôme ESSEC alors que vous avez un Master ESSEC : soyez précis sur ces sujets, retenez que Pareto ne s’applique pas ici.

Concernant votre expérience professionnelle, vous disposez d’une plus grande marge de manœuvre. Prenons un exemple: si un ingénieur a travaillé dans une filiale peu connue d’une grande entreprise, il pourra sans problème ajouter dans son CV le nom de la maison mère, afin de donner un visibilité bien venue à son parcours. Bien sûr, le nom de la filiale sera précisé dans le descriptif de l’expérience.

Les bonnes pratique classiques concernant les CV doivent aussi être appliquées, par exemple il s’agit de faire ressortir les compétences clés du métier de consultant en les structurant par exemple selon les axes suivants : compétences techniques, compétences managériales, responsabilités, réseau professionnel.

Enfin utilisez des formats standard et ne tentez pas de vous différentier sur ce volet, vous voulez être consultant, pas designer!

Découvrez la vraie valeur ajoutée du CV pour un candidat consultant…

Le CV doit être vu avant tout comme un support modulaire de votre présentation personnelle. Cette présentation sera avant tout structurée par la lettre de motivation mais c’est le CV qui servira de boîte ressources pour répondre aux différentes questions durant l’entretien. De même pour illustrer votre propos, et ainsi lui donner de la crédibilité, vous utiliserez des séquences ou modules de votre CV.

Cette approche permet de faire d’une pierre deux coups, car évidemment elle répond aux exigences de sélection par les ressources humaines mais va plus loin en vous permettant d’utiliser le temps que vous consacrerez à la rédaction de votre CV à la préparation réelle de votre entretien. Cette approche vous permettra de gagner en crédibilité et de vous différentier des autres candidats. je peux vous dire que la majorité des candidats traitent leur CV de manière largement décorrélée de leur entretien.Pour en savoir plus suivez mes vidéos explicatives concernant la formation Méthode Intégrale où je vous prendrai par la main pour vous expliquer étape par étape comment mettre en place cette approche dans les moindre détails. Je l’ai appliquée à ma candidature, je vous ferai aussi le retour d’expérience de centaines de candidats. Parenthèse refermée.

De plus, l’impact de cette approche ne se limite pas à l’entretien de fit. Vous commencerez votre étude de cas en ayant donné une bonne première  impression à votre examinateur. Par expérience, ce type de leviers de différentiation marche particulièrement bien car il est transverse au fit et aux cas.  Dans ce domaine, vous pourrez le plus facilement marquer des points faciles pour sortir du lot.

Après la rédaction de votre cv selon les standards de fonds et de forme, vous allez commencer le travail à valeur ajoutée sur chacun des modules. Voici les étapes essentielles que doit intégrer votre préparation:

  • Entraînez-vous à présenter chaque séquence de votre CV tout seul et à voix haute
  • Répétez votre présentation devant un proche, peu importe ses compétences à ce stade. Votre objectif est d’être en mesure de présenter votre CV sans en oublier de section clé et ce en étant naturel et avenant
  • Enfin mesurez vous pour vous présenter entre 2 minutes et 5 minutes.

A ce moment de votre préparation, vous serez à l’aise avec le contenu et l’enchaînement de votre CV. Passons alors au niveau supérieur.

  • Identifiez les compétences cibles des candidats consultants. Certains sites comme McKinsey explicitent certaines compétences clés qu’ils recherchent particulièrement. C’est un excellent point de départ, même si j’ai reçu une offre chez McKinsey sans jamais me soucier de ce point. Par exemple « capacité à travailler en équipe », « esprit analytique » ou encore « leadership »
  • Identifiez les expériences qui illustrent le mieux ces compétences dans votre CV
  • Répétez votre présentation en focalisant sur ces séquences particulières, tout en y intégrant les chiffres clés pertinents, les anecdotes, les preuves de réussite pour démontrer votre maîtrise des compétences cibles
  • Réorganisez votre CV, dont la version initiale ne focalisait sans doute pas sur les expériences et les séquences d’expérience les plus pertinentes pour ce que cherchent spécifiquement les cabinets de conseil.

A ce stade, vous disposez non seulement d’illustrations concrètes sur les compétences cibles recherchées par les cabinets de conseil, ce qui renforcera votre présentation personnelle mais en plus votre CV est bien plus orienté “conseil” qu’il ne l’était au départ.

Avec cettenouvelle approche concernant votre CV, ce dernier apparaît comme un outil bien plus impactant que le document administratif validé par les services des ressources humaines des cabinets de conseil.

A votre réussite !