Ce qu’il faut savoir sur le salaire des consultants

Le salaire des consultants est une question récurrente chez les candidats aux carrières dans le conseil et c’est bien légitime. D’une manière générale il faut bien distinguer selon les secteurs du conseil. Le conseil en stratégie mène la danse et donne lieu aux plus hauts salaires, comme on pouvait s’y attendre.

 

devenir consultant: salaire des consultants

Les salaires des consultants en stratégie sont attractifs

 

Dans les cabinets de conseil en stratégie, le salaire moyen est plus élevé de 20 à 50% que le salaire d’un manager dans une entreprise de services ou une industrie. Ceci est vrai en début de carrière. Car après quelques années, le salaire des consultants en stratégie décroche véritablement de la moyenne. Par exemple, un partner dans un grand cabinet gagne souvent plus d’un million d’euros par an. Mais pour ces postes du haut de l’échelle, il y a peu d’élus.

Dans le « consulting staff » d’un cabinet top-tier comme McKinsey, le BCG ou Bain, la majorité des consultants gagnent plus de 100 keuros par an. Évidemment, il convient de prendre en compte la localisation du bureau, ces chiffres concernent les bureaux de Paris. On peut dire que peu de métiers permettent de gagner autant d’argent que le conseil en stratégie. Plus précisément, si vous souhaitez gagner plus vous avez deux alternatives:

  • La Banque d’Investissement, que ce soit en M&A ou en finance de marché. Dans ce type de métiers, les bonus sont plus importants que dans le conseil en stratégie.
  • L’entrepreneuriat…lorsque cela marche évidemment. Ce ne sera pas dans la première année de lancement de votre start-up que vous disposerez des revenus d’un consultant de McKinsey.

Les petits cabinets paient plus les juniors

 

Ensuite il faut prendre en compte le type de cabinet de conseil. Des petites boutiques de stratégie, comme il en existe plein en France, seront susceptibles de vous payer plus en début de carrière, afin de disposer d’un argument attractif en comparaison des plus grands cabinets. Ainsi, je me suis vu proposer un salaire supérieur dans une boutique lors de mes recrutements, environ 10 keuros de plus qu’au BCG et chez McKinsey. J’ai refusé cette offre en me disant que la valeur ajoutée d’un cabinet top-tier valait sans doute plus de 10 keuros par an. Avec du recul je pense vraiment avoir fait le bon choix. Par contre, même si les salaires de départ sont souvent plus attractifs, les boutiques ne peuvent pas soutenir la comparaison avec les grands cabinets à partir de 2 à 4 années d’ancienneté. Les consultants des boutiques atteignent alors un pallier qui les distancie clairement des consultants séniors des grands cabinets. Il faut mettre en perspective les salaires des partners et même des managers – c’est le poste juste avant partner – ces gens-là atteignent souvent des revenus dignes des membres des comités exécutifs des entreprises du CAC40!

Enfin, il ne faut pas oublier que l’état d’esprit du conseil n’est pas de focaliser sur le salaire. Lorsque l’on analyse par exemple les pondérations des critères de comparaison entre les cabinets de conseil des plus grands classements mondiaux, le critère « salaire » apparaît en 3è voire 4è position, bien derrière le prestige et le challenge des missions.