Comment est construit un classement typique de cabinets de conseil?

 

La méthodologie permettant de construire le plus célèbre des classements des cabinets de conseil est intéressante à plus d’un titre pour les candidats au conseil.

classement cabinet de conseil

Car en comprenant comment les professionnels du secteur valorisent leurs pairs, vous pourrez anticiper comment vos examinateurs valoriseront votre propre candidature. Une fois que vous aurez compris ce qui motive les consultants, il s’agira de l’intégrer naturellement dans votre discours de fit.

Comment est construit un classement typique de cabinets de conseil?

 

Il s’agit d’un retour de consultants en poste dans une sélection de cabinets ayant une certaine visibilité selon Vault. En gros, la petite boutique du conseil de région Lyonnaise ne sera pas consultée pour donner son avis sur ce classement. Il s’agit de donner une note aux cabinets en utilisant une pondération selon 7 critères suivant:

  1. Le prestige – 30 %
  2. La satisfaction – 15%
  3. La culture d’entreprise – 15%
  4. La rémunération – 15%
  5. L’équilibre, vie professionnelle / vie privée -10%
  6. Les perspectives de développement du cabinet – 10%
  7. La politique d’évolution de carrière – 5%

Concernant les critères internes au cabinet de conseil, tels que l’équilibre, vie professionnelle / vie privée, les consultants interrogés ne peuvent noter que leur employeur, étant donné qu’ils ne connaissent pas de l’intérieur les pratiques de leurs concurrents. Par contre sur les critères tels que le prestige, les consultants ne peuvent pas voter pour leur employeur, ils sont obligés d’évaluer les cabinets concurrents. On voit bien un biais dans cette approche, l’auto-évaluation devant sans aucun doute être corrigée par Vault pour éviter de gonfler artificiellement le classement de certains cabinets par auto-promotion. Quand on voir le score du top 3, où McKinsey, BCG et Bain se suivent de très près, on comprend que ce simple fait peut expliquer le changement de rang relatifs entre ces cabinets, de nature à faire le buzz au bénéfice de Vault 🙂

Ce que la méthodologie Vault peut apprendre au candidat au conseil

 

Un point étonnant dans ce classement, c’est le poids accordé au prestige dans le conseil en stratégie et management. C’est un élément structurant, les consultants sont conscients du prestige de leur métier, et ce dernier agit comme un facteur de motivation au travail. La proposition de valeur est un peu « je travaille dur, mais je trouve de la satisfaction dans le regard des autres ».Les autres, ce sont les pairs, les clients mais aussi l’entourage et le réseau. Il est vrai que le prestige de ce métier et des grands cabinets est appréciable.

Le deuxième enseignement concerne la place relativement faible accordée à la rémunération. La rémunération des consultants est parmi les plus élevé sur le marché du travail, mais ce paramètre n’apparaît qu’en quatrième position dans les critères de classement. Cela reflète aussi assez bien la réalité du secteur. Finalement, surtout dans les postes de consultant on parle assez peu d’argent. La discussion sur les bonus de fin d’année porte principalement sur la performance, qui se traduit ensuite en impact financier, mais le consultant en stratégie et management n’a pas de focus sur le volet financier. C’est d’ailleurs sans doute une faiblesse à combler pour ceux qui souhaitent lancer leur entreprise. Par contre en grimpant en séniorité, le volet financier s’intègre naturellement de plus en plus à la culture du consultant. Normal me direz-vous pour des partner qui gagnent parfois plus d’un million d’euros par an!